Québitre

Image de carte

Bonjour, aujourd’hui, retour aux bons articles de ce blog, avec une autre balade en Brière qui permettra de découvrir d’autres facettes de ce territoire fascinant. Je vous propose une petite traversée de la partie nord des marais de la Boulaie. Le départ se fait du lieu dit “Cuziac”, sur la route qui relie Sainte Reine de Bretagne à La Chapelle des Marais. Le chemin passe ensuite sur une petite ile nommée “Québitre”, puis rejoint l’ile de Camérun. Voilà pour un petit résumé du trajet. Trajet qu’il vaudra mieux effectuer les mois secs, car je l’ai emprunté hier, le terrain était très humide, voir submergé par endroits. En hiver, il vaut mieux prévoir une bonne paire de bottes et par endroits, bien connaitre le terrain…

Il y a possibilité de prolonger le parcours de part et d’autre, en effet, il existe maintenant un chemin qui permet de relier le point de départ à la gagnerie de Grenongle – pour prolonger le début de l’itinéraire. Et il existe aussi un chemin qui permet à partir de l’île de Camérun de rejoindre le bourg de la Chapelle des Marais – pour prolonger la fin de l’itinéraire. Il doit au final être possible de faire une boucle complète, comme celle trouvée ici. Le mieux pour cela est d’acquérir la carte IGN 1/25 000ème “Saint Nazaire / Parc de Brière”… Mais cet article se contentera des bornes délimitées par les petites punaises sur la carte en haut à gauche.


Point de départ

Si vous partez de Grenongle, trouvez le chemin avec une carte IGN 1/25 000ème récente, c’est le plus simple. Vous finirez par arriver à Cuziac, au point de départ “officiel” de cet article avec en bonus la possibilité de franchir la passerelle ci-dessous :

 P1110559

Si vous partez de Cuziac, le point de départ n’est pas forcément facile à trouver. Il s’agit d’une ancienne chaussée qui permettait de rejoindre l’ile de Québitre à travers les marais. Sur la route de la Chapelle des Marais à Sainte Reine de Bretagne, il existe un lieu dit “Cuziac”. La chaussée est à chercher derrière les maisons, il y a une route qui longe le marais. La chaussée débute dans un virage, à l’ouest de cette route. Regardez le point sur la carte au début de l’article. Les coordonnées GPS sont : 47.436118, -2.217489.

La chaussée de Québitre

Cette chaussée est un ancien chemin qui traverse les marais afin de relier l’ile de Québitre. L’hiver, une fois passé la zone d’arbres du début, il y a de l’eau à gauche et à droite. Je n’ai jamais vu cette chaussée submergée, étant donné qu’elle est ancienne, elle doit être construite juste assez haut afin de ne pas être recouverte, même en hiver. Les anciens avaient du bon sens… et du savoir faire.

P1110565

Empruntez donc tranquillement ce chemin en prenant le temps d’admirer les merveilles végétales qui le bordent. Je suis passé hier, donc en janvier, et les fossés étaient remplis de pousses d’iris, le spectacle doit être sympa au printemps, lorsque ceux-ci fleuriront. Vous verrez aussi des roselières à gauche et à droite. Ces roselières ne sont pas très grandes, contrairement à celles que vous pourrez voir en Grand Brière Mottière (partie ouest de la Brière). Sur la gauche, la roselière s’étend sur environ 400 mètres jusqu’à une butte, “la Grenonglie”. A droite, environ 500 mètres de roselière jusqu’à la nouvelle route goudronnée qui permet aux habitants de l’ile d’y accéder en voiture.

La ligne électrique qui longe tout le chemin gâche un peu le paysage. Il aurait été sympa de faire passer cette ligne plutôt le long de la route goudronnée.

La roselière clairsemée à droite de la route :

P1110566

Un chêne, les pieds dans l’eau, sur la rive gauche de la chaussée :

P1110570

Voici une vue de la deuxième moitié de la chaussée, avec de l’eau à gauche et à droite. La maison visible au fond est une des maisons de l’ile de Québitre :

P1110571

L’ile de Québitre

La chaussée fait environ 600 mètres. Vous finirez par arriver sur l’ile en longeant une petite mare. Cette mare a été creusée par les habitants il y a environ 50 ans pour fournir de l’eau pour les jardins. Elle sert maintenant de réserve de poissons, comme le précise cette page.

Un sympathique arbre tarabiscoté qui borde cette mare :

P1110608

Il y a sur cette ile quelques éléments intéressants à observer. Tout d’abord, ce calvaire érigé en l’honneur de l’abbé Jacques Vailland qui était originaire de l’ile. Cette page met en ligne un article d’un journal de 1935 qui retrace l’histoire de sa vie.

P1110575

Il y a également un four à pain, visible à gauche quand on arrive sur l’ile. Ce four a été rénové par une association locale et est utilisé pour cuire des aliments lors de fêtes ou de manifestations.

P1110577

J’ai trouvé aussi une page qui raconte une histoire qui s’est déroulée pendant la deuxième guerre mondiale aux alentours de l’ile.

P1110607Sinon, à part ça, l’ile comporte surtout des maisons récentes. Il n’y a pas vraiment de belles chaumières, comme sur les autres iles sur la commune de Saint Joachim, par exemple. Empruntez donc la route vers la droite afin de rejoindre le chemin qui sort de l’ile par le sud, direction le pont de Québitre. Vous tomberez sur le panneau ci-contre, prenez à gauche à cet endroit.

De l’ile au pont de Québitre

Vous allez rejoindre un chemin empierré qui sort de l’ile par le sud. Ce chemin serpente entre les jardins. Au passage observez les cahutes construites en roseaux. Il faut du savoir faire monter ce genre de construction :

P1110606

Le chemin après un passage ombragé par les arbres qui le bordent finit par sortir de l’ile et par rejoindre le marais. Il s’agit là de roselières beaucoup plus vastes que celles traversées au début de la balade. Vers l’ouest, environ 1,5 km de roselière jusqu’aux iles de Camer et Camérun. Vers l’est, deux bons kilomètres jusqu’à la rive est des Marais de la Boulaie.

Si vous empruntez le chemin à la belle saison, il y a fort à parier qu’il y ait beaucoup moins d’eau que sur les photos suivantes :

P1110580

P1110604

P1110586

Profitez du trajet pour écouter le bruit du vent dans les roseaux. Si vous empruntez ce chemin en été, ce bruit recouvre tous les autres, y compris le bruit des voitures sur la route qui passe plus loin… La sensation d’isolement est délicieuse.

Vous aurez peut-être aussi l’occasion d’observer quelques unes des espèces d’oiseaux qui fréquentent ces zones marécageuses. J’ai observé hier soir une femelle de Busard des Roseaux. Je n’en avais pas vu depuis quelques années, et cette observation m’a fait vraiment plaisir. La silhouette en V de ce bel oiseau est caractéristique. La femelle a chassé un moment au dessus des canaux qui sillonnent les marais. Puis, elle s’est posée sur un arbuste.

Vous arriverez rapidement au pont de Québitre que voici, caché parmi les arbres :

P1110588

Ce pont enjambe le Canal de la Boulaie qui traverse les marais du nord au sud. Il offre un surplomb d’environ 2 mètres au dessus des marais. Il s’agit donc d’un point d’observation privilégié. Jetez donc un coup de jumelles si vous en avez. En été, des vaches pâturent les zones qui bordent le pont, comme en attestent les bottes de foin visibles à gauche de la photo ci-dessus.

Du Pont de Québitre à l’ile de Camérun

Le chemin se continue ensuite par une chaussée qui est totalement submergée en hiver. Si le niveau de l’eau est trop haut, c’est ici que les choses vont se compliquer. La chaussée est bordée à gauche et à droite de canaux, et derrière les canaux, de vastes roselières. Il y a plus de 4 kilomètres de marais dans la direction du sud-est ! Le chemin est en quasi ligne droite jusqu’à la route avant l’ile de Camérun.

P1110598

En été, j’ai rencontré des pêcheurs de grenouilles sur cette chaussée. Il y a également des ragondins en pagaille. Vous verrez certainement des crottes allongées sur cette portion du chemin. Vous verrez aussi peut-être par terre des carcasses d’écrevisses. Ces écrevisses sont en fait une espèce invasive venue d’Amérique “Procambarus Clarkii”, la rouge de Louisiane – tout comme le ragondin d’ailleurs. Les carcasses que vous verrez auront certainement été tuées par un héron ou un autre prédateur de l’endroit…

Voici une vue de la chaussée juste avant la route qui passe devant l’ile de Camérun. Hier, vu le niveau de l’eau, inutile de dire que je n’ai pas été jusqu’à la route… Le meilleur moyen de transport ici reste encore la barque…

P1110596

Une fois arrivé aux arbres, traversez la route, vous êtes arrivé à Camérun. Il s’agit d’une ile beaucoup plus grande que Québitre. Il y a moyen de traverser l’ile et d’aller sur l’ile de Camer qui la jouxte pour rejoindre un chemin. Ce chemin continue à travers les marais jusqu’au bourg de La Chapelle des Marais. Il est indiqué sur la carte IGN, et il est fort agréable aussi en été. Mais ce chemin sera peut-être le sujet d’un prochain post. D’ici là, bonnes balades…

Catégories : Loire-Atlantique | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :