Sorties rockfishing en drop-shot

P1170240J’ai fait deux sorties rockfishing le week-end dernier en pêchant presque exclusivement en drop-shot. J’ai découvert cette technique depuis un moment déjà, mais je l’avais peu utilisée jusqu’à présent. J’ai eu l’occasion de la voir à l’œuvre (par de vrais pros) lors du concours rockfishing de Bénodet. Ca m’a donné envie d’aller expérimenter ça plus à fond sur mes spots.

Au niveau technique, le drop-shot consiste à monter un plomb en bout du bas de ligne, et un hameçon monté perpendiculairement au bas de ligne à une certaine distance du plomb. On utilise un nœud Palomar pour attacher l’hameçon. Voici un bon article très complet qui explique tout ce qu’il y a à savoir sur cette technique : http://photos-ju.over-blog.com/article-34270813.html, et un autre plus concis : http://esoxiste.com/dossiers/techniques/le-drop-shot/.


Première sortie : Bassin de port

J’ai utilisé cette technique lors d’une première sortie pour faire les bordures du bassin d’un port, sur un fond sablo-vaseux. Je ciblais plutôt des poissons plats ou des mulets. Au niveau du plomb, 7 grammes, et au niveau de l’hameçon, un numéro 8 de chez Owner avec un bout de Power Isome. Résultat de la sortie : une belle tape loin du bord qui s’est soldée par un décroché, et des tonnes de petits tacauds dans les bordures.

20121025_192703

Bon, pas mal pour une première sortie drop-shot, je retournerais à l’occasion à cet endroit, histoire de finir par sortir un de ces gros poissons qui me font ces décrochés après un rush de folie. Je soupçonne les mulets, mais c’était peut-être seulement un gros tacaud…

Deuxième sortie : Les rochers

La deuxième sortie, je l’ai faite par un beau dimanche matin, avec 6° au thermomètre. Frisquet, mais il faisait beau, ça faisait plaisir après une bonne semaine bien pourrie ! Les conditions étaient idéales pour une belle séance rockfishing : petit vent de terre, une eau relativement claire, et surtout, pas une vague. Marée : basse, puis début de montante.

J’ai attaqué directement par une zone que j’évite de gratter avec des têtes plombées, à cause d’accrochages très fréquents. Première observation : le drop-shot passe très bien dedans. Je n’ai accroché qu’une seule fois mon montage. L’hameçon reste bien décollé du fond, et ça évite de rester accroché dans une algue ou un rocher.

Deuxième observation : les petits lieus sont là, et ils ont faim ! Les leurres Power Isome et Gulp en 2 pouces ont très bien marché tous les deux :

P1170235

Après quelques petits lieus, changement de spot, histoire de voir si d’autres espèces mordent à d’autres endroits. Sur le chemin, j’ai fait quelques gros gobies dans des mares. Mais avec un leurre classique monté sur une tête plombée. même si ce n’est pas le sujet de l’article, voici quelques portraits pris à cette occasion :

P1170231

P1170230

P1170232

Passé ce petit intermède gobie, j’arrive sur la zone, mer d’huile, bon gros trou de 2 mètres sous mes pieds, avec un fond rocheux. Toujours pas de problème d’accrochage, et les petits lieux sont aussi présents à cet endroit :

P1170239

Mais pas de vieilles, à cet endroit, j’avais pourtant un peu d’espoir. Je me suis donc déplacé beaucoup plus loin sur une autre anse qui marche bien à mi montante. Une fois arrivé, j’ai fini par trouver les labridés que je cherchais. Tous localisés autour d’un caillou à un demi lancer de moi. J’ai du sortir environ une demi douzaines de jolis petits crénilabres comme celui-ci :

P1170241

Malheureusement, pas de belle surprise du genre grosse mémère vieille qui finit par se rendre après une bataille de 5 minutes…

Le bilan

Au final, le drop-shot en UL, j’accroche plutôt bien ! Aller tirer un vrai bilan de deux sorties, c’est peut-être un terme un peu ronflant. Mais voici quand même quelques observations :

Première remarque : Le drop permet de prospecter sans trop d’accrochages des zones où on hésiterait à gratter avec une tête plombée. La nage du leurre n’est pas perturbée par les algues et les cailloux. Je pense que par rapport à une tête plombée, on gagne sur la longueur de nage “pêchante” parcourue par le leurre.

Autre point, par rapport à un montage anti-accroche texan, les touches sont beaucoup plus faciles à ferrer. Il y a beaucoup moins de loupés. Bon, il y en a quand même !!!

Dernier point intéressant, le montage drop-shot permet de faire effectuer une pause à son leurre tout en étant décollé du fond. C’est vraiment un avantage important par rapport à un leurre classique. Je pense qu’il ne faut pas lésiner sur les pauses. Avec les crénilabres, les touches que j’ai eues étaient généralement au bout d’une assez longue pause. L’animation était la suivante : Le leurre coule. Le fond est atteint. Quelques secousses sur le leurre. Pause de 10 secondes avec le fil bien tendu pour bien sentir les touches. Quelques secousses, pause, déplacement d’un mètre du plomb, etc. Pour des leurres avec attractant de type Power Isome ou Gulp, on sent très bien que parfois le poisson tâtonne, goûte, mordille avant de prendre franchement le leurre en bouche. On n’est parfois pas loin d’une pêche au posé, mais en conservant l’avantage de l’itinérance.

Il me reste maintenant à tester ça en plus lourd pour cibler des poissons plus costauds. Du genre plomb de 15 grammes, et un leurre Gulp en 4 pouces…

Catégories : Rockfishing | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :