Mulets aux leurres à Quimper

imageAllez, voici le petit compte-rendu d’une session mulet effectuée sur le parcours No-Kill de Quimper, sur l’Odet. Ce parcours existe depuis quelques années seulement, ouvert d’abord seulement à la mouche, puis ensuite aux leurres. La pêche y est très règlementée, puisque on ne peut y pêcher que dans l’eau, et avec un leurre souple muni d’un hameçon simple sans ardillon. Les poissons qui y sont présents sont très variés. On peut y croiser de très gros bars, et également tous les poissons de première catégorie, c’est à dire truite fario, alose, lamproie, saumon, etc.

imageMais le poisson qui nous intéressait pour cette session, c’était le mulet. Si la réputation du parcours de Quimper n’est plus à faire, c’est sans doute pour les hordes de mulets qui peuplent la rivière au niveau du centre ville. Je pourrais même qualifier ce parcours de meilleur spot à mulet de France sans trop de peur de me tromper.

Julien et mon père ont fait une sortie là bas en Juillet. Ils ont sorti chacun 5 ou 6 mulets à la mouche. J’avais voulu faire une sortie là bas début Août. Mais il y a eu un orage dans la nuit qui précédait notre sortie, et l’Odet avait pris 50 centimètres et était marron… Impêchable !!! Nous étions tous réunis pour une sortie pêche le jour de la fermeture, c’est donc là bas que nous avons décidé de tremper nos leurres…

Leurres souples imitation pain bricolés avec un bout d’éponge, de la peinture, et beaucoup de talent par mon père. Utilisés en weightless. Ce sont ces leurres qui ont sorti le plus de poisson dans cette sortie. Voici le big-fish de la session, mesuré à 57 centimètres :

image

Quand on pense que Julien en a sorti un de 70 cet été. On ne peut qu’imaginer le combat…

Cette pêche n’est pas si facile que ça. Il faut déjà localiser les mulets. Ca c’est assez facile. Ensuite, il faut arriver à atteindre le banc avec les leurres. Ce qui n’est pas forcément gagné, sauf si on a le vent dans le dos. C’est un avantage de la mouche par rapport aux leurres, la mouche est tout de suite à l’emplacement voulu, même loin. Le deuxième avantage est que pour bouger le leurre, on est obligé de le ramener puis de le relancer. Beaucoup de temps perdu, alors qu’à la mouche un coup permet de déplacer la mouche de 2 mètres sans efforts.

Le temps compte beaucoup dans cette pêche. Il faut profiter des moments de frénésie des mulets, qui ne sont pas très longs. Une fois bien excités, ils gobent tout ce qui se situe à 10 centimètres sous la surface. Mais ces états ne durent généralement que quelques minutes. Le temps de sortir 2 ou 3 poissons. Nous avons pu observer que l’impact du leurre à la surface attire les poissons. Ensuite, le leurre ne doit pas bouger pour que le mulet le gobe.

Une fois gobé, le ferrage doit-être immédiat car le mulet le recrache presque aussitôt. Une bonne paire de polarisantes est un avantage indéniable. Sinon, il faut surveiller la tension du fil, et à la moindre vibration, ferrage !

Une fois ferré, ce n’est pas gagné non plus. Les décrochages sont très nombreux car la bouche du mulet est assez résistante. Les casses aussi arrivent. Il faut que le frein soit réglé au millipoil. Sinon, le fin bas de ligne en fluoro fait un beau clac ! Après, une fois le combat bien engagé, c’est un régal. La combativité des mulets n’est pas une légende. Julien dit qu’à taille égale avec un bar, c’est le mulet qui gagne.

image

Je n’en sais rien. Le bar met toute sa puissance dans un gros rush qui vide la bobine pendant quelques (longues) secondes avant de faire une pause et de recommencer. Le mulet lui tire en permanence. Toujours est-il que c’est un superbe poisson de sport qui une fois arrivé à l’épuisette mérite le meilleur traitement. Décrochage de l’hameçon, une photo, un petit bisou et retour à l’eau…

image

image

Sur la fin, nous avons fait quelques mulets à la mouche imitation pain. J’ai fait un one-shot. Mais malheureusement, décroché. Le suivant a été cassé au ferrage, pas facile la mouche. Mon père en a par contre sorti un beau.

Voici pour terminer un petit film qui reprend trois de la petite dizaine de poissons de cette sortie. On ne voit que moi malheureusement. Ce n’est pas de l’égocentrisme, c’est juste du manque de batterie…

Merci à mon père pour ses super leurres que nous avons utilisé pendant cette sortie. J’ai essayé d’en faire quelques uns, mais ils sont touts moches. Et surtout, merci à Julien pour le film, et pour le guidage du haut des quais. Tu aurais peut-être du pêcher un peu plus, pour la fermeture. En tout cas, un après midi mémorable !!!

Catégories : En eau douce, Rockfishing | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Mulets aux leurres à Quimper

  1. ITAC62

    sympa cette pêche aux mulets , et en plus t’es pas avare de montrer tes petites astuces, tu mérites une médaille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :