Vilaine et rochers

DSCF2089 - CopieC’est l’hiver. On est déjà à la mi-novembre, les arbres commencent à ne plus être couverts de feuilles qu’à moitié. Depuis le changement d’horaire, j’ai divisé par 2 ou 3 le nombre de sorties pêche par semaine. Terminés les coups du soir à deux pas de la maison. Par contre, on a du temps pour faire d’autres choses. Comme… repérer des postes sur Google Maps par exemple !

Lors de ma dernière série de repérages, je me suis concentré sur la Vilaine. J’y ai déjà fait quelques sorties aux leurres, surtout dans le port d’Arzal. Mais cette fois ci, je cherchais plutôt des trous à Sandre, voire à Silure. J’ai repéré quelques coins intéressants. Je me suis imprimé bout de la carte IGN sur le Géoportail. Et ce matin, zou, direction la Vilaine. Le temps est bien couvert, il fait 5°. Un bon froid bien sec après deux semaines de flotte : la sortie s’annonce sympa.

Après une demi-heure de route et quelques kilomètres dans les petits chemins défoncés, je tombe sur un virage avec une ornière vraiment trop grosse. Je recule et je me gare. Puis je pars à pieds avec mon matériel pour terminer le bout de chemin qu’il reste jusqu’à la Vilaine. Le paysage est beau, je suis à moitié dans les bois, mais je ne vois pas encore l’eau qui est cachée par les arbres. J’arrive au virage avec l’ornière qui m’avait poussé à faire demi-tour, je passe le virage et là, splendeur…

DSCF2062

Je tombe en arrêt devant la Vilaine qui coule lentement 400 mètres plus bas. Le panorama est vraiment splendide. Rien que pour ça, je ne regrette pas mon déplacement. Je finis de descendre jusque dans le pré que l’on voit au milieu de la photo. Arrivé sur place, le pré est en fait une roselière qui a été fauchée. C’est très humide mais je n’enfonce pas trop. Je finis par arriver au bord de l’eau. Les berges sont assez abimées. De grosses mottes de terre tombent dans le lit du fleuve. L’eau est très basse. On voit la vase au fond qui descend en pente douce. Ce n’est pas vraiment le genre de poste que je recherche mais qu’importe, je décide de lancer quand même quelques leurres.

DSCF2063

A un moment, les roseaux changent brusquement de couleur. Ils sont comme illuminés d’une belle couleur dorée. Je me retourne, et je vois que le soleil s’est découvert entre les nuages. Je sors l’appareil pour prendre une photo, Mais pfuit, le soleil a déjà disparu ! La photo est ratée, mais je prends ça comme un bon présage.

Au bout de quelques postes, il faut se rendre à l’évidence, il n’y a ici que de la vase et des cailloux. Je décide d’aller explorer la rive un peu plus en amont. Je finis pas arriver dans une lande rocailleuse bien pentue. J’adore ce genre de coin, ça doit sentir bon en été quand le soleil cogne. Le chemin se réduit de plus en plus jusqu’à disparaitre quasiment. Je marche sur les aiguilles de pin, entre les touffes de bruyère et les ajoncs. Après un peu de crapahutage, j’arrive à une zone où des rochers descendent dans l’eau. Je me représente mentalement la pente du terrain continuant sous l’eau. C’est le poste qu’il me faut !

DSCF2069

Au bout de quelques lancers, je commence à avoir une bonne idée du fond. A ma gauche, une étendue vaseuse sans grand intérêt. Par contre, à mes pieds et à ma droite, ça descend à pic sur au moins 4 ou 5 mètres. C’est tout bon pour moi, c’est le genre de “terrain” que je cherchais. Je prospecte méticuleusement avec un bon gros leurre “Looba” monté sur une tête speed de 12 grammes. Je n’accroche quasiment pas, il y a très peu d’algues. De temps en temps un rocher. Mon leurre gratte le fond, je lui fait faire de petits bonds suivis de pauses assez longues. Le bon grattage en mode “Sandre” quoi. J’ai le secret espoir de taper un peu plus gros, mais mon objectif principal est bien le sandre.

Un cygne passe, puis deux cormorans, puis c’est une volée de canards. Puis un bateau. J’aurais vu plus d’oiseaux que de gens ce matin !

Au bout d’un moment, je me décide à filmer, le coin est tellement chouette. Je fais quelques plans d’ensemble, puis une prise de côté en posant mon appareil sur un petit trépied. Puis je décide de faire une prise de dos. Je positionne mon appareil, je règle le cadrage. Tout est bon. Je mets en route le film, et je vais sur le rocher que j’avais visé. Je lance, mon leurre atteint le fond. je gratte un peu. A mi-chemin, je me déconcentre un peu, je me tourne pour vérifier l’appareil, et là bim, une belle tape dans la canne. Je ramène le poisson. Je pense à une grosse perche, peut-être un tout petit silure comme celui que j’ai fait la dernière fois en Loire ? Une fois en surface, non je vois qu’il s’agit d’un sandre. Pas bien gros, mais vu que c’est mon premier sandre de l’année et mon record en taille jusque là, je suis bien content. Ca fait plus plaisir qu’une perche.

Je sors le poisson, je déplace l’appareil photo devant moi. J’arrête le film, et je recommence une prise. Je décroche le poisson d’un coup sec. Je le mesure : 43 centimètres. J’admire quelques courtes secondes mon poisson. Je fais un gros plan magnifique avec l’appareil photo, suivi d’une remise à l’eau tout aussi magnifique où le poisson repart d’un bon coup de nageoire et s’enfonce dans les eaux brunâtres. Et là, je regarde mon appareil : ça ne filmait pas…

Bon, ça c’est fait !

Je grogne intérieurement tout en me disant que ça vaut mieux qu’un appareil photo ou un téléphone balancé à l’eau… Me reste cette photo toute moche tirée du demi film :

Sandre1

Le reste de la sortie a été sympa, mais sans autre poisson ni même une touche. J’ai trouvé quelques autres coins à la configuration assez identique (au niveau rocheux) et accessibles. J’y retournerais. J’ai fait encore quelques bornes dans la forêt pour retrouver ma voiture. Et je suis rentré bien crevé avec des souvenirs qui m’occuperont l’esprit jusqu’à la sortie du week-end prochain…

Catégories : En vrac | 4 Commentaires

Navigation des articles

4 réflexions sur “Vilaine et rochers

  1. J’ai fait le port de la Turballe il y a 3 semaines en mode rockfishing. C’était mon point de repli si les rochers étaient impraticables. Mais à part quelques micro-lieux et des gobies, pas grand chose. Si les gros tacauds d’hiver sont arrivés, c’est une bonne nouvelle !

    Pour mercredi, je bosse malheureusement, mais ça sera partie remise…

  2. guillaume

    J’y étais aussi samedi matin et pas une tape non plus. J’ai fait 3 postes très différents mais sans succès, même pas une petite perche qui a suivi. J’ai finalement atterri vers 17H dans le port de la Turballe à pêcher des tacauds au flotteur. Ils sont bien gros et une surprise comme un bar maillé peu arriver !

    Je te tiens au courant pour une sortie barque dans l’étang du Rodoir. Tu verras, il est magnifique, sympa à pêcher et bourré de martin-pêcheurs.
    Au cas où, je ne travaille pas mercredi donc si tu es disponible fais moi signe.

    @+

  3. Je me doutais bien que je n’étais pas loin de chez toi Guillaume. J’ai hésité a t’appeler samedi parce que j’y suis retourné hier. Résultat pas une tape. Par contre j’ai trouvé encore quelques cailloux sympas au milieu des bois. Mais c’est vrai que la Vilaine est difficile a pratiquer du bord. Les bons postes ne sont pas nombreux et demandent pas mal de crapahutage.

    Et pour la sortie en barque je serais carrément partant…

  4. guillaume

    Super !! C’est mon fief dans ce coin là et je commence à avoir quelques coins sympa. Au plaisir de faire un tour en barque !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :